Study on the functioning and price evolution of the Belgian wholesale electricity market - monitoring report 2018

Résumé

Les principales conclusions de ce rapport de monitoring annuel (rapport en anglais) sont:

  • En 2018, la charge sur le réseau d’Elia, qui représente un indicateur de la consommation belge d’électricité, a diminué de 1 % en 2018 par rapport à 2017 (77,4 TWh) et s’élevait à 76,7 TWh, soit le niveau le plus bas des 12 dernières années. Une diminution d’environ 12 TWh ou 13,5 % est enregistrée par rapport à 2007. La baisse de la charge sur le réseau Elia est un phénomène récurrent si l’on ne tient pas compte de la reprise qui a suivi l’année de crise 2009 et la période de stabilité connue en 2014-2017. La quantité estimée d’électricité produite à partir d’énergie solaire a augmenté simultanément à 3,6 TWh en 2018, ce qui représente une hausse de 20 %.
  • La capacité totale installée raccordée au réseau Elia a augmenté en 2018 de 14,1 GW à 15,4 GW. Cette forte augmentation résulte de l'augmentation de la capacité des éoliennes offshore, d’une part, et de la réaction du marché suite à l'annonce de l'indisponibilité de plusieurs centrales nucléaires pendant la période hivernale, d’autre part. Du fait de cette indisponibilité notamment, la production belge d'électricité a diminué de 20 % en 2018 par rapport à 2017, s’établissant à 57,8 TWh .
  • Une analyse spécifique des unités TGV en Belgique montre leur rentabilité croissante en 2018.
  • Les prix moyens sur les marchés journaliers des pays de la région CWE ont fortement augmenté en 2018. En Belgique, le prix journalier moyen est passé de 44,6 €/MWh en 2017 à 55,3 €/MWh en 2018. En ce qui concerne nos pays voisins, l'Allemagne et les Pays-Bas ont connu des hausses de prix de 30 % en 2018, tandis que l'augmentation en France s’est limitée à 12 %.
  • Bien que les volumes contractés pour l’aFRR et la mFRR en 2018 aient été semblables à ceux de 2017, leur coût a doublé. En 2018, l’utilisation de réserves à des fins d’équilibrage du réseau d’Elia a représenté 690 GWh (réglage à la hausse et à la baisse), soit une légère augmentation par rapport à 2017. Ce sont surtout les réserves secondaires (aFRR) qui ont été activées, à raison de 502 GWh. L'activation d'environ 401 GWh de réserves a été évitée grâce à l'International Grid Control Cooperation (IGCC), un mécanisme en vertu duquel le déséquilibre d'un pays peut être compensé par d'autres pays participant au mécanisme. Ce mécanisme IGCC montre combien il est important pour la Belgique de coopérer au niveau européen, y compris pour l'équilibrage et les réserves.

Date d'approbation

05 septembre 2019

Référence

Etude(F)1958

Publications apparentées

Thèmes

Fonctionnement du marché électricité, Prix électricité

Print Contact