Note relative aux évolutions marquantes sur les marchés de gros belges de l’électricité et du gaz naturel en 2019

Résumé

Cette note retrace les évolutions marquantes intervenues sur les marchés de gros belges de l’électricité et du gaz naturel en 2019.

En électricité, les principales évolutions sont les suivantes :

Au niveau de la consommation :

  • La consommation électrique belge totale, telle que mesurée par le gestionnaire du réseau Elia, s'est élevée à 74,6 TWh en 2019, le prélèvement d’électricité étant légèrement inférieur à celui de 2018 (-2,6%). La tendance à la baisse du prélèvement observée ces dernières années se poursuit donc. Par rapport à 2010, on observe une diminution du prélèvement sur le réseau Elia de 14%.

Au niveau de la production :

  • Les centrales nucléaires ont produit 41,4 TWh (soit 56% de la production belge), ce qui représente une forte augmentation (+14,1 TWh) par rapport à 2018, en raison de disponibilités plus élevées au cours de 2019. Il en résulte que les importations physiques ont fortement diminué, résultant à une légère exportation de 1,5 TWh. Les unités belges au gaz naturel ont produit 20,4 TWh (soit 28% de la production belge), soit une augmentation limitée par rapport à 2018.
  • La production d’électricité par des installations solaires ou éoliennes a fortement augmenté en 2019 jusqu’à 11,5 TWh (9,7 TWh en 2018), soit une augmentation de 20%, essentiellement due à l’éolien. Les installations solaires ou éoliennes ont produit 16% de la production d’électricité belge.
  • On observe une tendance à la baisse de l’intensité carbonique de la production d'électricité en Europe et en Belgique. Entre 2009 et 2019, l’intensité carbonique de la production d’électricité a diminué de 30% en Belgique, suite notamment à la fermeture des dernières centrales au charbon en 2016 et à la croissance de la production d’électricité renouvelable. La disponibilité élevée des centrales nucléaires en 2019 par rapport à l’année 2018 résulte à une baisse de l’intensité carbonique de la production d’électricité en Belgique.

Au niveau des prix :

  • Le prix de l'électricité sur le marché à court terme s'élevait en moyenne à 39,4 €/MWh en 2019, soit une baisse de 15,9 €/MWh (environ 29 %) par rapport à 2018. Sur les autres marchés, les prix diminuent également.
  • Les écarts de prix moyens sur le marché à court terme d'électricité en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Allemagne étaient, avec 3,4 €/MWh, beaucoup moins importants en 2019 qu’en 2018. L’écart entre les prix moyens en Belgique par rapport à ceux en Allemagne s’élève à 1,6 €/MWh.
  • Le prix year-ahead sur le marché à long terme de l’électricité a atteint 51,0 €/MWh en moyenne en 2019. L’écart de prix dans la région CWE s’élève à 3,1 €/MWh, soit moins que l’année précédente.
  • Malgré une baisse des échanges dans la région CWE, la convergence des prix a augmenté. En 2019, on observe 3690 heures de convergence des prix, soit une augmentation de 28 % par rapport aux 2881 heures de convergence des prix en 2018. L’écart de prix moyen entre la Belgique et les autres zones de dépôt des offres CWE a diminué de moitié, passant de 12 €/MWh en 2018 à 6 €/MWh en 2019.

Au niveau des échanges transfrontaliers :

  • L’évolution la plus marquante dans le domaine de l'interconnexion est probablement la mise en service de NEMO Link le 31 janvier 2019. Grâce à ce câble HVDC reliant la Belgique au Royaume-Uni, la zone de dépôt des offres belges est incluse dans le couplage des marchés Channel. Sur la base de chiffres provisoires, la capacité disponible s'élevait en moyenne à 874 MW pour les exportations et à 846 MW pour les importations, dont 86 % ont été utilisés commercialement, principalement pour des exportations.
  • La zone de dépôt des offres belges a connu des exportations nettes en 2019. Elle a importé 3,8 TWh nets de la région CWE et a exporté 5,4 TWh nets vers la région de calcul de capacité Channel.

En gaz, les principales évolutions sont les suivantes :

  • La consommation de gaz s'élevait à 192,8 TWh en Belgique en 2019, ce qui représente une hausse de 3 % par rapport à 2018. Cette augmentation est principalement attribuable à la consommation accrue des industries.

  • Avec une augmentation de 271% par rapport à 2018, l’activité du terminal GNL de Zeebrugge a atteint un niveau record en 2019 (72,7 TWh de LNG).
  • Le marché belge dispose d'un modèle d'approvisionnement en gaz naturel très flexible. Cela est dû au négoce de gaz naturel transfrontalier intense en Belgique et au choix de différentes routes et sources selon les conditions de marché. Ceci est illustré à nouveau en 2019, l'offre de gaz naturel en provenance du Royaume-Uni et par méthanier a fortement augmenté, tandis que l'acheminement de gaz naturel en provenance des Pays-Bas est en forte diminution.
  • Le taux de remplissage pour la saison 2019-2020 est exceptionnel, tant pour la Belgique que pour l'UE28 (97% dans les 2 cas). Ceci s’explique par des prix du gaz très bas durant l’été 2019 et un spread été-hiver important, favorable au remplissage des installations de stockage de gaz naturel.
  • Le prix moyen du gaz sur le marché à court terme a baissé de 23€/MWh à environ 13,7 €/MWh en 2019 et celui sur le marché à long terme a également diminué de 20,8€/MWh à environ 18,6 €/MWh.

Date d'approbation

30 janvier 2020

Référence

Note(Z)2045

Publications apparentées

Thèmes

Fonctionnement du marché électricité, Fonctionnement du marché gaz naturel, Transport électricité, Transport gaz naturel

Print Contact