Note relative aux évolutions marquantes sur les marchés de gros belges de l’électricité et du gaz naturel en 2020

Résumé

Cette note retrace les évolutions marquantes intervenues sur les marchés de gros belges de l’électricité et du gaz naturel en 2020.

En électricité, les principales évolutions sont les suivantes :

Au niveau de la consommation :

  • La consommation électrique belge totale, telle que mesurée par le gestionnaire du réseau Elia, s'est élevée à 69,6 TWh en 2020. Ce prélèvement d’électricité était très inférieur à celui de 2019 (-7%), ce qui s’explique par la crise de la covid-19.

Au niveau de la production :

  • Les centrales nucléaires ont produit 31,9 TWh (43.2% de la production belge), un chiffre en baisse (-9,5 TWh) par rapport à celui de 2019, suite à une plus grande indisponibilité. Il est frappant de constater que les importations physiques ont connu une hausse limitée, de -1,5 TWh en 2019 à -0,4 TWh en 2020, et que la Belgique s’est trouvée en moyenne dans une position d’exportation nette.
  • L’électricité produite par des installations solaires et éoliennes a fortement augmenté en 2020 pour atteindre 14,9 TWh (contre 11,5 TW en 2019), soit une augmentation de près de 30 %, et représentait environ un cinquième de toute l'énergie produite mesurée en Belgique en 2020.
  • On observe une tendance à la baisse de l’intensité carbonique de la production d'électricité en Europe. Nos voisins néerlandais et allemand ont une intensité carbonique qui est supérieure à la moyenne européenne et qui est plus ou moins le double de celle de la Belgique.

Au niveau des prix :

  • Le prix de l'électricité sur le marché à court terme s'élevait en moyenne à 31,9 €/MWh en 2020, en baisse de 7,5 €/MWh (environ 19%) par rapport à 2019. Les prix sont également en baisse sur les autres marchés. Les mesures prises en mars et en septembre en réponse à la propagation du coronavirus en Europe ont clairement fait chuter les prix de l’électricité.
  • Les écarts de prix moyens sur le marché à court terme de l’électricité en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Allemagne sont restés faibles en 2020. L’écart entre les prix moyens en Belgique par rapport à l’Allemagne s’élève à 1,4 €/MWh.
  • Le prix year ahead sur le marché à long terme de l’électricité s’est élevé en moyenne à 40,7 €/MWh en 2020. L’écart de prix dans la région CWE  est de 4,7 €/MWh, ce qui dépasse le chiffre de l’an dernier.
  • Malgré une baisse des échanges dans la région CWE, la convergence des prix a augmenté. En 2020, on observe 3858 heures de convergence des prix, soit une augmentation de 2% par rapport aux 3691 heures de convergence des prix en 2019.  L’écart de prix maximal moyen dans la région CWE est passé de 7,9 €/MWh à 6,6 €/MWh. Les indicateurs de certains éléments critiques de réseau dans le couplage de marchés fondé sur les flux CWE sont restés similaires à ceux de 2019.

Au niveau des échanges transfrontaliers :

  • Les deux changements les plus marquants dans le domaine des interconnexions en 2020 sont sans aucun doute l'entrée en vigueur du règlement (UE) 2019/943 et la mise en service commerciale de la connexion HVDC ALEGrO entre la Belgique et l'Allemagne le 18 novembre 2020.
  • La zone de dépôt des offres belge a connu des exportations nettes en 2019. Elle a importé 4,8 TWh nets de la région CWE et a exporté via NEMO Link 5,9 TWh nets vers la région Channel.

En gaz, les principales évolutions sont les suivantes :

  • La consommation de gaz s'élevait à 190,7 TWh en Belgique en 2019, en légère diminution de 1,1% par rapport à 2019 et qui est principalement imputable à une baisse de la consommation sur les réseaux de distribution (-4,3 %).
  • L’activité du terminal GNL à Zeebrugge atteint un nouveau niveau record en 2020 avec 105 méthaniers venus décharger 110 TWh de GNL et 67 méthaniers venus charger 59 TWH de GNL.
  • Le marché belge dispose d’un modèle d’approvisionnement en gaz naturel très flexible. Cela est dû aux échanges de gaz naturel transfrontalier intenses en Belgique et au choix de différentes routes et sources selon les conditions de marché. Cette flexibilité a de nouveau pu être vérifiée durant l’année de pandémie 2020, lorsque l’approvisionnement s’est adapté à la baisse du marché de transit, notamment pour le marché français qui a connu un recul important de 33,3 %.
  • Un hiver doux et des importations élevées de GNL en Europe expliquent le faible taux d’utilisation des sites de stockage européens en 2020 et le taux de remplissage exceptionnellement élevé à la fin de la saison d’émission (54 % pour l’UE 28 et 62 % pour la Belgique).
  • Les prix moyens du gaz ont continué de baisser de 13,7 €/MWh en 2019 à 9,4 €/MWh en 2020 sur le marché à court terme, et de 18,6 €/MWh à 13,7 €/MWh sur le marché à long terme.

Date d'approbation

04 février 2021

Référence

Note(Z)2187

Publications apparentées

Thèmes

Fonctionnement du marché électricité, Fonctionnement du marché gaz naturel, Transport électricité, Transport gaz naturel

Print Contact