Sécurité d'approvisionnement gaz naturel

themas_1

Etude relative à « comment un bon fonctionnement du marché de gros pour le gaz naturel jette les bases de l’assurance de fournitures et de la liquidité en Belgique »

En Belgique, les conditions de marché pour attirer et répartir les flux de gaz naturel sont favorables. Le volume des transactions de gaz naturel effectuées par les négociants en Belgique, tant à destination du marché belge que d'autres marchés en Europe du Nord-Ouest, augmentera à mesure que le marché belge se trouvera renforcé par des services et des installations favorables au commerce. La liquidité du marché et la sécurité d'approvisionnement qui en découlent ne sont cependant pas des acquis, étant donné que les différents marchés au sein de l'UE rivalisent pour attirer le commerce du gaz naturel. Dans le même temps, on observe une tendance à l'accroissement d'échelle et à la concentration des entreprises de gaz naturel, soit un phénomène économique naturel qui nécessite toutefois un contrôle.

Etude relative à la sécurité d’approvisionnement en gaz naturel et en électricité par les températures les plus faibles enregistrées depuis la libéralisation des marchés (février 2012)

Cette étude recherche dans quelle mesure la vague de froid de février 2012, qui a été associée à la pointe de gaz naturel et d'électricité, a mis à l'épreuve la sécurité d'approvisionnement en énergie en Belgique. Il est vérifié dans quelle mesure la vague de froid a poussé le réseau de gaz naturel et d’électricité jusque dans ses limites et si la Belgique était en mesure de garantir avec un risque acceptable la sécurité d'approvisionnement du gaz naturel et de l'électricité pendant cette vague de froid. Une analyse du réseau de gaz naturel et d'électricité interconnecté belge durant la vague de froid permet de tester avec une plus grande sécurité la robustesse de l'approvisionnement en gaz naturel et en électricité, de découvrir des éventuelles faiblesses et d'émettre des propositions en vue d'une amélioration.

Etude relative au projet d’étude prospective sur la sécurité d'approvisionnement en gaz naturel à l'horizon 2020

Cette étude propose une évaluation du projet d'étude prospective relative à la sécurité de l’approvisionnement en gaz naturel jusqu’en 2020 que le SPF Economie, PME, Classes moyennes et Énergie a présenté pour la consultation publique. L'étude établit un rapport d’évaluation qui donne une évaluation récapitulative tant du processus de réalisation du projet d’étude prospective que de la qualité du contenu. Elle émet également des recommandations visant à une réalisation opportune et efficace des études prospectives.

Etude relative à la possible connexion entre le terminal GNL de Dunkerque et le réseau de transport de gaz naturel belge

Le groupe énergétique français Électricité de France (EDF) souhaite construire un terminal GNL à Dunkerque fin 2014. L’EDF souhaite apporter du GNL par « le plus court chemin » sur la plate-forme commerciale de Zeebruges et pourvoir ses centrales électriques en Belgique de gaz naturel de manière modulable. D'un côté, la construction d'un terminal GNL à Dunkerque entrave les possibilités d’expansion du terminal GNL de Zeebruges mais d’un autre, un nouveau terminal contribue à la sécurité d'approvisionnement du Nord et de l’Ouest de l’Europe si ce nœud supplémentaire est bien connecté aux axes principaux existants du réseau de transport. Cette étude tranche les aspects qui sont liés à la construction du terminal mais ne les approfondit pas. L'étude argumente néanmoins un point de vue sur l'intégration du terminal dans le réseau de transport belge et y associe différents principes de base et directives.

Etude relative au développement d’un marché régional compétitif du gaz naturel à faible pouvoir calorifique

Le marché du gaz naturel à faible pouvoir calorifique doit encore être considéré en Belgique en 2009 comme un marché différent, indépendant du marché à haut pouvoir calorifique, et est approvisionné par une source, en passant par une route depuis les Pays-Bas. Cette chaîne d'approvisionnement monolithique rend plus difficile le libre fonctionnement du marché sur ce marché séparé. Un modèle de marché modifié aux Pays-Bas peut cependant offrir une solution à la situation de marché en Belgique. La soudaine libération de capacité par le gestionnaire du réseau de transport néerlandais GTS sur le point de sortie « Hilvarenbeek » en février 2009 et les réactions des acteurs du marché participants reçues par la suite, ont incité l’examen sous un nouvel angle du développement du marché du gaz naturel à faible pouvoir calorifique.

Etude relative au besoin en approvisionnement en gaz naturel, la sécurité d’approvisionnement et le développement de l’infrastructure 2009-2020

Cette étude sur la sécurité de l’approvisionnement en gaz naturel identifie systématiquement les besoins et recherche l’équilibre avec l’offre dans toute la chaîne d'approvisionnement en gaz naturel pour la Belgique, tant pour la demande annuelle (volumes) que pour les débits par heure (capacités). Dans cette chaîne d'approvisionnement qui a été fragmentée dans le marché libéralisé, chaque acteur assume une responsabilité spécifique et doit identifier et renforcer le maillon le plus faible de la chaîne. Cette étude analyse les principales activités de gaz naturel et l’évolution récente de la demande en gaz naturel. Elle approfondit les principes de base et choisit un scénario pour l’analyse de l’avenir, dont elle déduit également une simulation de modèle. L'étude traite également des perspectives des besoins et de l’infrastructure du gaz naturel ainsi que des investissements prévus.

Etude relative à la concurrence sur le marché du gaz L

Actuellement, deux types de gaz naturel différents sont disponibles en Belgique : le gaz à haut pouvoir calorifique (gaz H) et le gaz à faible pouvoir calorifique (gaz L). Ces deux types de gaz possèdent des caractéristiques différentes, la principale différence résidant dans le pouvoir calorifique. En raison de cette différence, les gaz L et H doivent être transportés des pipelines différents et les consommateurs belges de gaz naturels sont scindés en consommateurs de gaz L et de gaz H. Après la découverte du gaz H au Royaume-Uni et en Norvège, l’arrivée d’autres fournisseurs et l'utilisation du GNL, l’intérêt pour le gaz L a fortement diminué en Europe. Cette étude analyse la concurrence sur le marché du gaz L qui, de préférence, doit être différente de la concurrence et des possibilités d’accession au marché du gaz H.

Print Contact